Business sur internet, état des lieux après 1 an

de | 25 janvier 2016

Cela fait maintenant un an que je me suis lancé un défi que certains avaient jugé un peu fou : gagner 500€ par mois de manière automatique grâce à quelques business sur internet. Je ne leur jette pas la  pierre. Même pour moi, et comme je l’évoquais à l’époque, le pari était très ambitieux. Mais j’y suis arrivé. En partant de rien ou presque. En investissant rien ou presque. La conclusion, c’est que c’est finalement à la portée de tous. De vous pour commencer. Si j’ai réussi, il n’y a aucune raison pour que tout un chacun n’y parvienne pas. Je vous raconte mon parcours dans cet article. Et pour les plus curieux, je vous donne mes chiffres de 2015 : combien j’ai gagné et combien vous pouvez donc espérer gagner à votre tour.

Sites de niche, déjà 1 an

Première étape : se former

Avant de me créer mon premier site de niche, j’ai commencé par me former un minimum sur le sujet. A cette fin et plutôt que de vous faire un laïus incompréhensible sur ce qu’est un site de niche et sur ce qu’il faut savoir, je vais vous proposer quelques ressources très enrichissantes et extrêmement motivantes sur le sujet. Lisez notamment cet article pour avoir déjà une sympathique première vision.

Avant de se lancer dans ce business sur internet que sont les sites de niche, je vous conseille de parcourir avec attention les deux sites suivants :

Quelques autres ressources mériteraient également le détour. Mais les deux sites mentionnés constituent déjà un excellent point d’entrée pour se lancer dans l’aventure.

Une fois familiariser avec le concept, lancez-vous ! N’attendez pas de devenir expert. Vous apprendrez bien plus avec votre premier site de niche qu’en potassant et bouquinant encore pendant de trop nombreuses semaines. Chose que vous pourrez d’ailleurs toujours faire une fois votre premier site en place.

Deuxième étape : se lancer

J’ai monté mon premier site de niche il y a un peu plus d’un an. Pour limiter les frais, j’ai moi-même rédigé l’intégralité des premiers articles publiés sur celui-ci. Dont une belle première page de plus de 2 500 mots. Lancer mon premier business sur internet m’a donc simplement coûté un hébergement et un nom de domaine.

La mise en place du site m’a coûté moins d’une centaine d’euros.

En 2015, ce site m’a rapporté plus de 1 600€. J’espère d’ailleurs qu’il rapporte plus encore en 2016.

J’ai par contre passé pas mal de temps sur ce premier site. Entre la rédaction des articles évoqués quelques lignes plus haut et le référencement, ce sont plusieurs dizaines d’heures que j’ai dû passer dessus. Est-ce que j’aurai pu aller plus vite ? Oui. Est-ce que je regrette d’avoir fait comme ça ? Absolument pas, car le tout a été très formateur. Rien de tel que de mettre une peu les mains dans le cambouis pour comprendre comment fonctionnent réellement les choses.

Vivre de ses business internet

Troisième étape : démultiplier votre business sur internet en sous-traitant

Ça y est. Vous êtes passé à l’action et avez lancé votre premier business sur internet. Quelques mois ont passé et vous commencez à toucher vos premiers euros. C’est très bien. Mais comment faire pour démultiplier les gains obtenus jusque-là ?

La réponse tient en une phrase : il faut réinvestir ses gains en sous-traitant. Lancer de nouveaux sites avec la même approche, mais en déléguant cette fois les tâches chronophages. La rédaction d’articles peut par exemple être facilement sous-traitée. Cela vous évitera de passer des heures à vous former sur un sujet, pour passer ensuite encore plusieurs heures à rédiger des articles sur ce nouveau sujet.

C’est la stratégie que j’ai suivi. Avec les gains de mon premier site, j’ai lancé plusieurs nouveaux sites et sous-traité la rédaction de tous leurs articles. J’ai également commandé de nouveaux articles pour le premier site. Au passage, je passe beaucoup par UpWork pour ma sous-traitance. J’y ai trouvé des personnes compétentes et accessibles.

Là, j’ai commis une erreur.

Je me suis concentré sur la création de contenu, au détriment du référencement. Mais à quoi bon avoir un beau et pertinent contenu si personne n’en a connaissance ? Heureusement, j’ai pu rattraper la chose. Mais ne négliger surtout pas cet item, dont l’acquisition de liens est sans doute le pan le plus difficile. Le chiffre d’affaire de votre business sur internet en dépend.

Si on parlait chiffre ?

C’est bien beau tout ça, mais si vous êtes là, c’est pour connaître mes chiffres de l’année passée. Je sais que vous en raffoler.

Bande de petits curieux 🙂

Avant de vous dévoiler tous les chiffres de mes business sur internet, je vous demanderai simplement de liker, partager, follower… la page. L’idée est de m’aider à continuer à faire connaître ce site, alors si vous l’appréciez, merci d’avance à vous 🙂 .

Et après ?

Ne partez pas ! Ce n’est pas parce que je vous ai donné tous mes chiffres qu’il faut maintenant partir ! Si ?

Comme je le disais quelques lignes plus haut, il s’agit maintenant de toucher 2 500€ par mois d’ici la fin de l’année. Pour se faire, je compte actionner plusieurs leviers et explorer de nouvelles pistes. Voici donc un petit panorama, non exhaustif et susceptible d’évoluer au fil des mois, des chemins que je souhaite arpenter pour augmenter mon chiffre d’affaire :

  1. Travailler avec de nouveaux partenaires, en terme d’affiliation ou de régie publicitaires. Je compte explorer la plateforme 1TPE et/ou ClickBank par exemple. D’ailleurs, si certains parmi vous ont des retours sur le sujet, je suis à l’écoute. Si vous avez d’autres pistes de monétisation pour sites internet, je suis également preneur.
  2. Lancer de nouveaux sites. En visant de nouveaux domaines et de nouveaux mots-clés. Toujours avec cette idée de lisser le risque et de ne pas être trop dépendant d’un ou plusieurs de mes sites.
  3. Travailler le référencement des sites en place. Pour avoir toujours plus de visiteurs. Et par effet de bord, toujours plus de gain. Faire de même avec les sites que je lancerai bien évidemment.
  4. Lancer de nouveaux sites. Oui, je l’ai déjà dit. Mais il y a une petite nuance. Je souhaite lancer de nouveaux sites dans d’autres langues que le français. L’idée ? Si j’ai trouvé une niche qui marche en français, il est probable que cette même niche fonctionne également dans un autre pays. Mon business sur internet sera varié ou ne sera pas ! 🙂
  5. Lancer de nouveaux sites. Troisième ! 🙂 Ai-je perdu la tête ? Non, pas encore ! La première page de Google propose, selon les cas, une dizaine de sites par mot-clé. Alors pourquoi ne pas tenter d’avoir un site en première place, un autre en seconde et un dernier en troisième ? Si un des sites disparaît pour une quelconque raison dans les abysses de Google, les chiffres de mon business sur internet n’en pâtiront alors pas plus que de raisons. Je compte donc lancer d’autres sites dans les thématiques qui marchent le mieux et visant éventuellement certains mots-clés similaires.
  6. Améliorer les conversions. Dernière piste, améliorer le taux de conversion sur mes sites. Que pour 100 visiteurs sur 1 site, 2 cliquent sur les publicités plutôt qu’un seul. Que 2 achètent un produit plutôt qu’un seul. Plus facile à dire qu’à faire, mais avec sans doute de belles optimisations de chiffre d’affaire en perspective.

Si quelqu’un a d’autres idées, les commentaires sont là pour ça. Pour échanger plus en détail sur le sujet, n’hésitez pas à me joindre par mail.

Si je devais résumer cet article en quelques mots, et bien… Et bien je serai bien embêté ! 🙂 Il est possible de gagner de l’argent en ligne. Monter son business sur internet et en dégager d’intéressants revenus est possible. A la portée de tous. J’ai réussi. Vous pouvez aussi le faire. Je ne suis pas un surhomme. Je suis même parfois feignant (souvent ?). Mais avec de beaux objectifs et de la volonté, on fait beaucoup de choses. Comme je le dis souvent, le plus dur est toujours de se lancer dans l’inconnu. Mais quelque part, c’est toujours comme cela qu’on progresse. Alors allez-y. Moi, je continue.

12 réflexions au sujet de « Business sur internet, état des lieux après 1 an »

  1. Julie

    Bonjour et merci bcp pour cette série d’articles sur les sites de niches que j’ai littéralement dévoré !
    J’aurai quelques questions concernant ce projet :
    1) je vois que tu as finis par sous-traiter pas mal en terme de rédaction. Si ce n’est pas indiscret, à combien te reviens un article ? et es-tu content de la qualité ? J’ai fait un essai avec text broker en niveau 4 etoiles (5 étoiles étant le max) et les articles me coutaient un peu plus de 11€ pour franchement une qualité très moyenne… alors soit je suis trop exigeante, soit je suis vraiment mal tombée (plusieurs rédacteurs différents pourtant ??), bref, entre le temps pour rédiger le brief et les remaniements que j’ai du faire derrière, ça m’a un peu refroidie pour sous-traiter la rédaction, mais pour les sites de niches je ne me vois pas non plus écrire tous les articles moi-même… donc pour l’instant je suis un peu perdue :/
    2) au final, vu l’investissement que j’imagine en rédaction, peux-tu nous donner les chiffres complets : ce que tu as dépensé pendant un an, et ce que tu as fait du coup comme bénéfice réel ? Histoire qu’on se fasse une idée de l’investissement et de la rentabilité de chaque site ou au moins du package de 20 sites de niche… ?
    3) dans ton premier article tu parles du contenu que u as produit (2500 mots sur la home, et 1000 par article sur 7 mots clés secondaires…) mais tu ne précise pas comment tu as organisé ton site, est-ce que tu es resté sur une structure « blog » (articles chronologiques) ou est-ce que tu as essayé de faire une structure plus orientée « site » par exemple avec le système du cocon sémantique ? Et au final combien d’articles as-tu sur chaque site, et est-ce que tu comptes en rajouter en permanence ou pas ?

    Bref comme tu le remarques j’ai plein de questions, c’est que tes articles sont très inspirants, et le fait de suivre article par article ta progression donne l’impression que c’est « faisable » alors que jusqu’ici tout ça me donnait très envie mais me faisait un peu peur…

    Voilou, j’attends tes réponses avec impatience, et surtout continue comme ça, ton site est très sympa à lire 🙂

    Répondre
    1. Squatte Auteur de l’article

      Bonjour Julie,

      Voilà un commentaire comme je les aimes, merci pour celui-ci. Je vais donc essayer de répondre à tes différentes interrogations :

      1/ Je fais rédiger mes articles par des rédacteurs trouvés sur la plateforme UpWork. Cette dernière est très majoritairement anglophone, mais y sont tout de même présents de nombreux intervenants francophones. Je paie mes textes 1$ par tranche de 100 mots et mes articles font en général 500 mots, sauf mes pages d’accueil qui sont en général bien plus longues et ciblent mon mot-clé principal. Pour la qualité, cela peut beaucoup varier : beaucoup proposent des sites grammaticalement corrects mais manquants un brin de naturel. Mais quelques uns proposent des articles parfaitement rédigés et sans faute ou presque. Il faut pas mal tester pour tomber sur la perle rare. Et multiplier les rédacteurs si on vise des domaines trop variés 🙂 car le mouton à 5 pattes n’existe pas encore.

      2/ Pour ta deuxième question, je suis un peu embêté. Ma démarche n’est pas aujourd’hui de dégager des bénéfices, mais de faire grossir mon réseau de sites pour multiplier les gains. Donc mes bénéfices sur l’année sont au global très faibles, je dirais entre 1 000 et 2 000€ . Que je vais réinvestir de toute façon 🙂 . Si je devais isoler le premier site de niche que j’ai lancé, il m’a rapporté 1 600€ cette année pour environ 100€ d’article complémentaires commandés. Auxquels il faut ajouter l’hébergement et le nom de domaine. Les bénéfices de ce site ont en réalité été investis dans le lancement de nouveaux sites 🙂 .

      3/ Pour mes différents sites, ils ne sont pas tous identiques. La majorité est effectivement simplement organisée comme un blog. Pour une structure en silo type cocon sémantique, j’ai fait quelques tests mais rien de bien concret finalement. Je compte toutefois tester le principe plus en profondeur dans un site que je vais lancer en février. Sur le nombres d’articles, cela peut beaucoup varier. Certains ont moins d’une demi-douzaines d’articles/pages de contenu et rapportent. D’autres dépassent la vingtaine d’articles. Je ne pense pas que le nombres d’articles soit un élément très déterminant, tout dépend du sujet visé. Le plus important reste le référencement.

      Voilà voilà. J’espère que ces quelques éléments t’aideront à avancer dans tes projets. As-tu déjà lancé ton premier site ?

      En tout cas n’hésite pas si tu as d’autres questions.

      Au plaisir d’échanger ensemble.
      Squatte Articles récents…Pourquoi je suis un investisseur heureux ?My Profile

      Répondre
  2. Julie

    Merci bcp pour tes réponses, je vais donc persévérer pour la rédaction jusqu’à ce que moi aussi je trouve ma perle rare 😉
    Je commence tout juste à réfléchir au projet, j’ai choisi ma thématique grâce à seo cockpit, trouvé et acheté mon nom de domaine, installé wordpress et maintenant « y a plus qu’à…  » 😉
    Si d’autres questions me viennent je n’hésiterai pas, d’ici là : bon week end et bon site de niche !

    Répondre
  3. Nicolas

    Salut Squatte

    1500 euros en Décembre, c’est génial! Je pense que les 2500 euros seront très très vite atteints 😉 Moi aussi j’avais pour objectif 2500 euros par mois en 2015 (après avoir atteint 900 euros fin 2014) et j’ai atteint ce chiffre en Mai 2015. Je pense que pour toi ce sera encore plus rapide.

    Combien de temps passes-tu sur chaque site? Ceux qui sont en pilote automatique, tu ne fais plus que commander de nouveaux articles? Avec quelle fréquence publies-tu? Je suis surpris de voir que tu parviens à ces chiffres avec des articles de « seulement » 500 mots, c’est intéressant à savoir.
    Utilises-tu Long Tail Pro pour ta recherche de mots-clés principaux et secondaires?
    Combien de temps passes-tu à l’analyse de mots-clés et à tout ce qui concerne le début du site : recherche et analyse de mots clés, création du WordPress, écriture du premier article….?

    J’ai quelques remarques aussi:
    – le fait de passer dans une autre langue n’est pas gage de succès. Par exemple il y a des niches plus compétitives dans certains pays que d’autres. La niche « gagner de l’argent » est accessible en France et en espagnol, mais aux Etats-Unis c’est même pas la peine d’y penser. Et j’ai vu ça souvent pour d’autres niches.
    – j’avais jamais pensé à essayer de positionner plusieurs sites de niches dans la même thématique. Intéressant 😉
    – en étant passé de 0 à 1500 euros en un an, tu deviens une référence en la matière. Tu cites dans ton article mon article (et je t’en remercie) mais celui-ci est mince. Tu parles aussi du site de Kevin, qui effectivement semble en savoir beaucoup, mais malheureusement il publie rarement. Peut-être que tu as un marché à prendre.
    – comme d’habitude, ton article me donne envie de me (re)lancer dans l’aventure. Mais je dois décider où je mets mes priorités en 2016. D’un côté j’ai envie de générer de l’argent avec des sites de niche, mais d’un autre côté j’ai un peu la flemme 😉

    Merci et à très vite!!
    Nicolas Articles récents…La MEILLEURE manière de gagner de l’argentMy Profile

    Répondre
    1. Squatte Auteur de l’article

      Hello Nicolas,

      Merci pour ton commentaire, c’est tout le malheur que je me souhaite 🙂 !

      Pour commencer, je vais tenter d’apporter quelques éléments de réponses aux questions que tu poses.
      Pour les sites en auto-pilote, je dirai que je passe entre 0 et 30 minutes dessus par mois. Je passe un peu de temps à identifier d’éventuels mots-clés complémentaires sur lequel le site pourrait se positionner, je lance la commander et je planifie la publication à réception des-dits articles. Sur le rythme de publication justement, je n’ai pas de logique particulière : je peux passer plusieurs mois sans rien publier sur certains sans que ça n’influe leurs positions chez notre ami GG.

      La très très grande majorité de mes articles fait effectivement 500 mots, mais ma page principale ciblant mon KW principal fait quasiment à chaque fois plus de 2 000 mots. Je concentre mes efforts de référencement sur celle-ci, ne travaillant qu’avec parcimonie les pages secondaires.

      Pour Long Tail Pro, je l’ai utilisé pendant la majeure partie de l’année 2015. Depuis début d’année, je suis passé à SeCokpit. C’est certes (bien) plus cher, mais c’est aussi un gain de temps précieux et un investissement qui je pense sera très vite rentabilisé.

      Sur les remarques que tu proposes, tu as tout fait raison pour la traduction dans d’autres langes : ce n’est absolument pas un gage de réussite. Pour les sujets que j’ai commencé à regarder, la concurrence est en effet différente de celle rencontrée sur le web francophone. Après, je pense tout de même tenter l’aventure car j’estime, peut-être à tord, qu’il y a quelques opportunités à saisir.

      Pour « la référence » que je serai devenu, je pense que c’est un peu exagéré mais très gentil 🙂 . J’ai encore du chemin a parcourir et il me fait surtout consolider mes acquis. Mais je suis en tout cas très heureux si cela permet à certains débutants de se dire qu’il est effectivement possible de se lancer dans les sites de niches et d’en tirer « assez » rapidement d’intéressants revenus complémentaires.

      En espérant avoir répondu à quelques unes de tes interrogations, à très bientôt.

      Répondre
  4. Liz

    Salut,
    Félicitations pour la réussite de ton business sur internet ! C’est bien de foncé et de croire en soi malgré les dires des autres. Très bel article !

    Répondre
    1. Squatte Auteur de l’article

      Hello,

      Comme souvent et comme j’aime à le dire (et répéter 🙂 ), le plus dur est de se lancer !

      Répondre
  5. David

    Squatte,

    Super détail de ton business, et bravo pour la transparence 😉
    Peux-tu nous en dire sur la monétisation ? D’où viennent ces 1500€ ?
    J’ai plusieurs idées (affiliation Amazon notamment) mais il serait intéressant de savoir exactement ce qui te rapporte le plus et combien cela pèse dans le bénéfice total.

    Au plaisr,
    David
    David Articles récents…Le guide définitif pour investir dans un immeuble de rapportMy Profile

    Répondre
  6. Tristan

    Salut, c’est un bilan vraiment très intéressant à lire. Une vingtaine de sites… ça commence à te faire un bon réseau et ça donne envie de se lancer dans les sites de niche. Au-delà de l’argent que ça peut rapporter, créer une vingtaine de sites doit également être vachement formateur, avec un seul site on est toujours limité, on ne peut pas faire de tests, on ne peut pas emprunter différents chemins à la fois pour savoir lequel est le plus rapide. Je pense que je vais commencer à songer sérieusement au développement de quelques petits sites. Merci pour cert article 😉

    Répondre
    1. Squatte Auteur de l’article

      Hello Tristan,

      Effectivement, avoir plusieurs sites permet de tester sans risque quelques points pour ensuite éventuellement les généraliser sur d’autres. Il faut toutefois noter que les comportements de visiteurs ne sont pas toujours les mêmes selon les domaines visés et le type de mot-clé par lesquels ils arrivent sur le site.

      Content que l’article te donne envie de te lancer en tout cas ! 🙂
      Squatte Articles récents…Pourquoi avons-nous besoin d’argent ?My Profile

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge