Ruth Elkrief, un salaire à la hauteur

de | 19 mai 2018

Figure féminine de proue du journalisme français, Ruth Elkrief est connue pour sa franchise sans concession et ses positions tranchées. Ses bons et loyaux services à TF1, puis à BFM TV lui ont permis de se frotter à différents postes comme les journaux télévisés, ainsi que les débats télévisés sociaux, économiques et politiques. A l’instar de ses autres confrères et consœurs, elle n’échappe pas aux débats actuels sur les salaires des hommes et des femmes de la presse. Mais quel est donc le salaire de Ruth Elkrief ? A combien s’élève sa fortune ? Dans les lignes qui suivent, nous allons nous intéresser aux émoluments de cette journaliste hors-pair.

Études et début de carrière

Ruth Elkrief est née le 1er décembre 1960 à Meknès au Maroc. Adolescente, elle immigre avec ses parents en France. D’origine juive, elle avait pour grand oncle un rabbin du nom de Chalom Messas. Ruth Elkrief est mariée à Claude Czechowski et ils ont deux filles. Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et du Centre de formation des journalistes de Paris, elle a débuté sa carrière en travaillant pour l’agence américaine AP (Associated Press), puis a intégré le département politique du quotidien français « Le Matin de Paris ».

En 1987, elle rejoint la chaîne de télévision française TF1, puis devient correspondante permanente aux États-Unis en 1990. Elle quitte ensuite son bureau à Washington pour prendre la tête du département politique de TF1 et présente le journal de 23h00 le week-end.

Des années plus tard, le groupe TF1 lance sa propre chaîne d’information appelée LCI, et Ruth Elkrief est chargée de partager la présentation du « Grand Journal » avec le futur animateur de France 2, David Pujadas. De temps en temps, elle est appelée à réaliser des interviews quotidiennes de 19h à 20h. En septembre 1999, TF1 diffuse son programme intitulé « 19h Dimanche », en succession de « Sept sur Sept » présenté par Anne Sinclair et « Public » par Michel Field.

Ruth Elkrief tout sourire

La montée du podium

En 2001, Ruth Elkrief s’oriente vers la radio avec la radio française RTL qui l’engage pour présenter un rendez-vous politique quotidien pendant 2 ans. De 2003 à 2005, elle anime le « Grand Jury », émission diffusée sur LCI et RTL, en partenariat avec le journal Le Monde. Parallèlement à son activité dans les médias, elle enseigne également le journalisme à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris en 2004. Après LCI, Ruth Elkrief commence la présentation d’un programme dédié au cinéma, « Après la sortie », sur la Cinq.

Depuis 2005, elle est présentatrice et éditorialiste à BFMTV. BFMTV, nouvelle chaîne d’information en direct, apparaît en 2005 en France. Ruth Elkrief, forte de 20 ans d’expérience, est directement intégrée à l’équipe. Elle présente 2 journaux quotidiens d’une demi-heure, à 18h et 19h. L’année suivante, la chaîne dévoile sa deuxième version et lui confie le créneau horaire de 18h à 20h, avec les actualités nationales et internationales, les marchés boursiers et les revues de presse.

La consécration

A partir de novembre 2006 et pendant un an et demi, Ruth Elkrief anime avec Hedwige Chevrillon, un rendez-vous hebdomadaire d’actualité politique regroupant à la fois BFMTV et BFM sous le titre «Le Duo BFM». Elle présente ensuite un programme intitulé « Elysée 2007 » consacré à l’élection présidentielle et conserve son créneau horaire lors du lancement de la troisième version de BFMTV en juin 2007 et de son programme intitulé « le 19h Ruth Elkrief ».

Au cours du premier semestre 2008, elle poursuit sa collaboration avec Hedwige Chevrillon et rejoint Olivier Mazerolle autour de l’émission « La Tribune BFM », un programme de 60 minutes diffusé le dimanche à 18h. L’été suivant, Ruth Elkrief reçoit les insignes de la « Légion d’Honneur » française et anime un programme de 12h à 14h: « le Midi Ruth Elkrief ».

Depuis 2010, Ruth Elkrief incarne l’un des créneaux horaires les plus populaires de BFMTV « le 19h Ruth Elkrief » de 19h à 20h, où elle offre au public toute sa connaissance et son expertise en politique, et accueille chaque jour les acteurs de l’actualité. Dans « le 19h de Ruth Elkrief », elle décrypte en direct l’actualité avec ses invités, menant des interviews et des débats. Les politiciens, les sociologues, les spécialistes, les écrivains ou les philosophes rejoignent son programme et confrontent leurs points de vue.

Un talent reconnu et estimé

Qu’on l’aime ou pas, tout le monde est d’accord pour dire que Ruth Elkrief a du talent. Alors qu’elle officiait tranquillement à TF1, qui est réputée pour les généreux salaires qu’elle verse à ses journalistes, cette jeune femme au franc-parler et à l’immense talent a fait le pari de faire émerger une chaîne d’information en continu sur un marché qui frôlait déjà la saturation. Elle a réussi son pari. Aujourd’hui BFM TV est l’une des chaînes francophones les plus regardées.

Les plages horaires de Ruth Elkrief attirent des foules de plus en plus grandes de téléspectateurs. On peut ne pas être d’accord avec ses prises de position ou de la lecture qu’elle fait de l’actualité, mais on finit par tomber toujours sous son charme. Les hommes politiques de tous bords apprécient son professionnalisme et nombreux sont ceux qui estiment que confronter sa vision avec celle de Ruth Elkrief est un passage obligé. L’immense talent de Ruth Elkrief, qui ne fait pourtant pas partie des tendres, a convaincu jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. En 2008, cette habituée de la politique s’est vue décerner la légion d’honneur, une décoration que la nation réserve à ses travailleurs les plus valeureux.

Ruth Elkrief sur Europe 1

Une journaliste controversée

Le talent de Ruth Elkrief ne fait pas que des heureux. Sa personne et ses opinions font l’objet de virulentes critiques sur les blogs et les réseaux sociaux. Nombreuses sont les personnes qui l’accusent de manquer de professionnalisme et de faire de « l’éditocratie ». On l’accuse en effet de ne faire que des analyses partisanes et de vouloir imposer son point de vue à ses invités et à ses auditeurs. Ses moindres faux pas sont examinés à la loupe. A l’occasion des élections présidentielles de 2017 en France, elle avait marqué sa solidarité envers le sort de Pénélope Fillon, qu’elle trouvait injuste. Cette prise de position lui a valu les critiques les plus acerbes. On l’a accusée de collusion avec le camp Fillon et nombreuses étaient les personnes qui recommandaient de la jeter aux lions.

Son interview avec Marine Lepen lors du second tour a aussi conduit à une véritable levée de boucliers, les partisans du Front National estimant qu’elle militait pour le candidat Emmanuel Macron. Ces récriminations ne sont pas des cas isolés. Chacune des prises de position de cette journaliste fait l’objet de très longs débats par médias interposés. Loin de constituer des preuves suffisantes d’un manque de professionnalisme, les critiques formulées à l’encontre de Ruth Elkrief prouvent qu’elle est une voix très écoutées sur la scène médiatique française. Il faut rappeler qu’elle est payée pour décortiquer à chaud l’actualité et qu’il n’existe pas de vérité absolue.

La réalité sur le salaire et la fortune de Ruth Elkrief

Au vu des compétences et des performances de Ruth Elkrief, on aurait pu croire qu’elle culmine au sommet du palmarès des salaires. Que non ! Dans les médias français, rien ne sert d’être hyper cultivée ou hyper performante. Quel que soit la tâche que vous abattez, les amuseurs publics gagneront et continueront de gagner plus que vous. Dire qu’une journaliste doublée d’une fine analyste politique gagne moins que des personnes chargées de faire des vannes et des blagues de mauvais goût !

D’après les révélations de Télé 2 semaines, cette talentueuse journaliste perçoit un salaire mensuel de 15.000 €, soit la moitié de celui d’Anne-Claire Coudray, et le tiers de celui de Jean-Pierre Pernaut. Hélàs, ce genre de « scoop » est à prendre avec des pincettes car plusieurs journalistes, animateurs et producteurs ont déjà dénoncé la fausseté des chiffres avancés.

Ceux qui s’intéressent donc à la fortune de Ruth Elkrief seront bien déçus, car il est quasiment impossible d’amasser une fortune avec un salaire qui frise le ridicule. Ce qui est encore plus ridicule, c’est de voir que les Français crient au loup, quand ils apprennent qu’un homme des médias gagne de grosses rémunérations. Le salaire de cette présentatrice hors-pair aurait dû mobiliser les féministes et les défenseurs de la cause des femmes, mais il n’en est rien. Dans l’Hexagone, il n’est pas bien vu qu’un homme de la presse ait une fortune personnelle. Pour le commun des Français, le bon journaliste est celui qui abat un travail de nègre, qui est apprécié de tous et qui perçoit un salaire de misère. C’est bien dommage, mais c’est la triste réalité.

 

Diplômée en journalisme et en sciences politiques, Ruth Elkrief est sans nul doute l’une des chroniqueuses politiques les plus aguerries de son époque. Co-fondatrice de la chaîne BFM TV, elle a su par ses émissions attirer à cette chaîne une audience de plus en plus grande au point d’en faire l’un des géants de la scène médiatique française. Son salaire ne reflète malheureusement pas son immense talent et Ruth Elkrief ne peut se targuer d’avoir une quelconque fortune. Cette situation constitue une vraie injustice, car il est inimaginable qu’on puisse rémunérer ainsi un aussi grand talent.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.