Fintech : définition et catégories de services

de | 24 mai 2019

Il n’y a pas si longtemps, les acquéreurs immobiliers, les entrepreneurs et les investisseurs se rendaient chez leur banquier pour solliciter un prêt, une ligne de crédit pour PME ou encore un compte bancaire courant. Mais la technologie financière, ou Fintech, est en train de bouleverser cette habitude tout en facilitant l’épargne, l’emprunt et les investissements en ligne, via smartphone ou non, sans jamais avoir besoin de se rendre à sa banque traditionnelle.

En France, c’est en 2015 que la Fintech a séduit définitivement le grand public, grâce à l’explosion des levées de fonds de capital-risque ans les startups du secteur. Cependant, encore 83% des Français ne connaissent pas le terme « Fintech », tandis que 4% savent à peu près ce dont il s’agit.

Qu’est-ce que la Fintech ?

Fintech est un terme couramment utilisé pour décrire la technologie financière, un secteur englobant tout type de technologies dans les services financiers, des entreprises aux consommateurs. Elle décrit aussi toute entreprise qui fournit des services financiers via un logiciel ou une autre technologie, et englobe tout, allant des applications de paiement mobiles aux crypto-monnaies.

De façon générale, la Fintech désigne toute entreprise qui utilise Internet, des smartphones, une technologie logicielle ou des services cloud pour fournir des services financiers à ses clients. S’adressant tantôt aux particuliers (B2C), tantôt aux entreprises (B2B), ces startups ont changé la façon dont nous réalisons nos transactions financières ou gérons notre compte bancaire. Elles ont bouleversé l’industrie financière et représente ainsi une menace potentielle pour les banques traditionnelles.

Fintech : les différents services fournis par les startups

On distingue généralement différentes catégories de startups Fintech :

  • Les plateformes de crowdfunding. Opérant souvent en B2B2C (business-to-business-to-consumer), ces startups illustrent la gamme de technologies financières ayant pour vocation de fournir un financement participatif. Les success-stories dans cette catégorie sont nombreuses, allant de Kickstarter à Ulule, en passant par Lendix et Lendosphère.
  • Les plateformes de blockchain et de crypto-monnaie. Situées au cœur de la Fintech, ces entreprises permettent aux utilisateurs d’acheter ou de vendre des crypto-monnaies telles que le bitcoin ou le litecoin.
  • Les services de paiement mobile. Selon les données de Statista, le marché des paiements mobiles devrait dépasser le billion de dollars en 2019. Se servant d’une technologie de plus en plus complexe, ces services s’appuient sur les terminaux mobiles pour fournir des méthodes de paiement sans contact.
  • Les plateformes Insurtech. Allant du comparateur au fournisseur d’assurance collaborative, les services technologiques ne cessent d’étendre leurs activités pour toucher tous les volets de ce marché : habitation, assurance-vie, automobile, protection des données, assurance-santé 100% digitale…
  • Les applis mobiles de gestion de budget. C’est sans doute l’application B2C la plus courante de la Fintech. Si auparavant, nous devions gérer nos propres budgets, réunir nos chèques ou consulter des feuilles Excel pour suivre nos finances, la Fintech nous dispense désormais de tout ce casse-tête grâce au développement d’applications intelligentes pour suivre efficacement nos revenus et dépenses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.