Comment investir au Maroc ?

de | 22 juin 2022

Le Maroc est une destination phare auprès des expatriés français. Les raisons sont multiples : il y fait beau, la France reste proche et le coût de la vie est plutôt bas. Vous désirez poser vos valises dans ce pays du Maghreb ? Or, vous ne savez pas comment vous y prendre par rapport aux démarches administratives ? Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les formalités d’entrée au Maroc si vous désirez investir au Maroc !

Comment s’installer au Maroc ?

Si votre séjour dure moins de trois mois, un visa n’est pas nécessaire. Toutefois, vous devrez dévoiler un passeport valide et non pas une carte d’identité. Si vous franchissez la barre de séjour possible, vous encourez une amende et une interdiction de séjour. Néanmoins, sachez que vous pouvez effectuer la demande d’un allongement de trois mois une fois au Maroc.

Si vous désirez vivre au Maroc et poser vos valises durant trois mois ou plus, une immatriculation est nécessaire tout comme une carte de séjour dans les quinze jours après votre arrivée sur le sol marocain. Vous devez pouvoir montrer que vous avez un revenu minimum mensuel ou que vous effectuez une activité légale dans le pays. Cette carte demeure obligatoire pour de multiples démarches courantes comme la création d’un compte bancaire ou dans le but de décrocher une carte grise. Concernant les retraités, ils devront quant à eux dévoiler un justificatif de pension de retraite.

La carte de séjour marocaine dure pendant un an. Elle peut être renouvelée. Il est nécessaire d’effectuer la demande de renouvellement au minimum deux mois avant que la carte expire. Un permis de séjour ayant une validité d’une durée de dix ans vous sera donné après trois ans sur le sol marocain. Néanmoins, cette immatriculation n’offre pas la possibilité d’obtenir un travail au Maroc. Prenez en compte que les enfants âgés de moins de seize ans n’ont pas besoin de bénéficier d’une immatriculation.

Formalités pour obtenir un travail dans le pays

Si vous désirez travailler sur le sol marocain en vue d’investir au Maroc, une immatriculation ne suffit pas. En effet, vous devrez avoir un permis de travail. Vous devez pouvoir dévoiler un contrat de travail formalisé par le Ministère de l’Emploi. Une fois les trois ans écoulés, l’employeur devra effectuer un renouvellement du contrat actuel. Les étrangers effectuant une profession libérale (indépendants) devront quant à eux passer la demande d’autorisation au secrétariat général du gouvernement. Pour les chefs d’entreprise, l’enregistrement auprès du registre du commerce marocain est nécessaire.

Si vous désirez obtenir plus de renseignements sur les spécificités d’entrée dans le pays, prenez contact avec l’ambassade du Maroc, situé à Paris ou allez faire un tour sur la plateforme web du ministère de l’Intérieur du pays.

Prix des logements au Maroc

Dans le pays, les loyers changent de façon conséquente en fonction de la zone et du genre de bien concerné. Les appartements et les villas situés dans les villes majeures marocaines peuvent être extrêmement chers. Voici la liste des villes concernées : Rabat, Casablanca, Fès, Rabat, Agadir, Tanger ou encore Marrakech. Dans les quartiers centraux, les tarifs sont évidemment encore plus conséquents.

Parmi toutes ces villes, Casablanca est la plus coûteuse. Il faut dire qu’il s’agit de la capitale économique du pays. Afin d’effectuer des économies notables, nous vous recommandons vivement de vous tourner vers des villes plus petites et plus éloignées de la population. Prenez en compte que les projets immobiliers récents peuvent avoir un impact sur les tarifs des loyers. En tout cas, une chose est sûre : les loyers y seront nettement plus accessibles que sur le continent européen.

Souvent, dans la majorité des villes métropolitaines marocaines, si vous êtes à la recherche d’un appartement de qualité, comptez au minimum 2500 MAD. Cela peut grimper jusqu’à 4500 dans les quartiers centraux, qui sont nettement plus sécurisés. Si vous désirez effectuer une colocation, partez à la recherche de colocataires sur les plateformes sociales, essentiellement Facebook, où les groupes d’expatriés dans ce pays du Maghreb ne manquent pas.

Investir au Maroc : achat d’un bien immobilier sur le sol marocain

Au Maroc, les tarifs sont plus accessibles qu’en Occident. Ainsi, si vous souhaitez profiter d’un appartement, envisagez au minimum 250 000 Dh (dirham marocain). Si vous souhaitez trouver quelque chose de décent, sachez que le tarif est situé dans une fourchette de 300 000 à 400 000 Dh. Les quartiers centraux sont évidemment plus chers. Il est aussi possible d’acquérir un terrain et façonner votre propre habitation. Dans ce but, envisagez deux millions de Dh pour près de 400 mètres carrés.

En moyenne, afin d’acheter un m2 en ville au Maroc, comptez aux alentours de 1285 euros. Ce prix peut chuter jusqu’à un montant de 853 euros et grimper jusqu’à 2369 euros, tout dépendant de la période et de la ville. Ce tarif pour un mètre carré en ville est moins onéreux que celui en France. Souvent, si vous souhaitez acquérir un m2 en dehors de la ville sur le sol marocain, comptez 655 euros. Ce prix est une moyenne. Ainsi, cela peut diminuer jusqu’à 380 euros ! Avant d’investir au Maroc, veillez à vous renseigner.

Comment obtenir un prêt ?

Il existe différentes conditions d’octroi de prêt destiné aux résidents. Quand vous êtes un résident marocain, vous aurez toutes vos chances afin d’avoir un prêt immobilier si vous déterminez un budget d’acquisition. Puis, vous devez vous tourner vers les établissements bancaires pour obtenir le plus de précisions possible par rapport au prêt. Une fois cela fait, assurez-vous d’avoir respecté la totalité des modalités d’octroi :

Les biens dévoilés doivent être entièrement titrés : il se révèle être par conséquent peu pertinent de faire le choix d’un bien en cours de titrage, puisque ce dernier ne sera pas accepté par l’établissement bancaire concerné ;

L’apport personnel doit être d’au minimum 30 % ;

Le taux d’intérêt pour un prêt personnel est compris dans une fourchette allant de 5,5 % à 6,5 %. Concernant celui d’un emprunt commercial, il peut aller de 7 % à 10 %.

Investir au Maroc : conditions à remplir par un étranger pour bénéficier d’un crédit immobilier

Si vous désirez bénéficier d’un crédit immobilier pouvant offrir la possibilité de finaliser un achat, il est nécessaire de respecter la totalité des modalités d’obtention de prêt. Quand vous êtes un étranger, il est donc nécessaire d’avoir un compte bancaire pouvant connaître une conversion en dirhams, de faire un apport personnel en devise de 30 % de la valeur du bien concerné et de posséder une garantie pouvant couvrir le prêt immobilier sur le sol marocain.

Grâce à votre apport personnel, l’emprunteur bénéficie d’une garantie de retransfert durant la vente du bien à une date future. Quand vous décrochez le prêt, sachez qu’il est possible d’effectuer un rapatriement des fonds de la vente du bien immobilier dans votre pays d’origine ou de résidence.

investir au maroc

Quels frais prévoir ?

Le coût de la vie au Maroc est 50 % moins onéreux qu’en France. Même chose concernant les prix de l’immobilier. Concernant les transports en commun, les tarifs sont accessibles. Comptez 0,46 euro pour un ticket de métro et 14,80 euros si vous faites le choix du pass mensuel. Si vous vous déplacez en voiture, prenez en compte que l’essence est également moins chère qu’en France.

Si vous désirez vous expatrier sur le sol marocain, sachez qu’il est possible d’effectuer une souscription d’une assurance de base auprès de la Caisse des Français de l’Étranger. Pour le tarif, envisagez de 250 à 300 euros par trimestre.

Pour couvrir les besoins d’un individu, un salarié doit toucher 6 000 MAD, ce qui correspond à 563 euros mensuellement. Cela comprend les frais liés à la santé, au transport, au loyer ainsi qu’aux besoins primaires. Désormais, vous savez tout ce qu’il y a à savoir si vous souhaitez investir au Maroc !