Comment évaluer la valeur d’un conseil financier ?

de | 23 septembre 2020

Le conseiller financier se charge de gérer vos placements et vos produits financiers. Il est donc important d’évaluer ce qui pourrait être la qualité de son travail avant de le recruter. Pour ce faire, je vous recommande de prendre le temps de bien préparer l’entretien d’embauche notamment les questions techniques à lui poser. Vous devrez bien évidemment vous informer un minimum sur les possibles réponses dans certains cas.

Comment son salaire est-il calculé ?

Il est essentiel de vous informer sur le mode de calcul du salaire du professionnel, qu’il exerce dans un cabinet privé, auprès de la banque ou de l’assurance ou en tant que consultant. Cela vous donne l’occasion d’estimer son intégrité et ainsi la valeur des conseils financiers qu’il pourrait vous fournir.

Conseil financier
Le salaire d’un conseiller financier dépend de son statut

Généralement, les employés de la banque ou de la compagnie d’assurance ne perçoivent aucune commission lorsque vous souscrivez à une offre. Il arrive toutefois qu’ils reçoivent une prime en vendant un service particulier au sein de l’institution durant une période donnée par exemple. Dans ce cas, ils pourraient essayer de vous convaincre de prendre un produit qui ne vous convient pourtant pas.

Le consultant, quant à lui, fixe souvent ses honoraires en fonction de la valeur de votre argent ou de votre patrimoine. Admettons par exemple que vous ayez placé 200 000 € et qu’il exige 0,5 % de la somme. La première année, il reçoit donc une rémunération de 1 000 €. Si l’investissement a généré un rendement de 20 %, vous disposez donc de 240 000 €. Le professionnel percevra donc un salaire de 1 200 € l’année suivante. Le mode de calcul est le même en cas de perte. Par ailleurs, il arrive aussi qu’il détermine un tarif fixe pour chaque conseil ou dossier.

Quelles sont les questions techniques à poser pour évaluer la valeur d’un conseil financier ?

Un bon conseiller financier doit avoir des connaissances approfondies dans le domaine financier, fiscal et juridique. Il est également important qu’il soit informé sur les actualités du secteur et qu’il ait une bonne capacité d’analyse et de déduction. Des hésitations, des réponses inexactes ou encore des « je n’ai pas d’avis » sur les questions essentielles suivantes devraient vous faire douter de ses capacités à assurer la bonne gestion de votre patrimoine.  

  • Comment voyez-vous l’évolution du marché financier actuel ? Quels évènements pourraient influer négativement et positivement sur l’économie ? ;
  • Quelles solutions légales pouvez-vous proposer pour réduire mes taxes ?

Vous pouvez aussi lui poser des questions sur un impôt en particulier ou encore les prêts bancaires. Vous pouvez même lui proposer des idées absurdes et punies par la loi pour évaluer son intégrité et ses compétences. Enfin, vous devez évaluer ses connaissances dans la finance en lui demandant de vous expliquer la différence entre un Investment Grad et un High Yield par exemple.

La valeur du conseil financier dépend des compétences, des connaissances et de l’intégrité du professionnel qui le fournit. Un diplôme de haut niveau n’est pas toujours signe de capacité donc il est essentiel de poser les bonnes questions lors de l’entretien d’embauche. Je rappelle toutefois qu’il faut également vous informer sur les réponses possibles ou vous entourer de personnes qui disposent de connaissances dans le domaine.