Prêt hypothécaire : quels sont les avantages et inconvénients ?

de | 11 mai 2021

Un prêt hypothécaire, comme son nom le laisse supposer, est un crédit adossé à une hypothèque, c’est-à-dire au droit que l’organisme prêteur détient sur un bien en particulier pour se couvrir dans l’éventualité où l’emprunteur serait dans l’incapacité d’honorer ses échéances de remboursement. Le cas le plus fréquent d’un tel crédit est effectivement celui d’un financement d’un projet immobilier, auquel cas le candidat au prêt immobilier donne en hypothèque le bien immobilier dont il souhaite le financement. Sinon, il est aussi possible de souscrire une hypothèque dans le cadre d’un prêt de trésorerie. Quoi qu’il en soit, avant que l’on opte pour cette solution, peu importe les raisons qui motivent cette décision, il convient de mesurer en amont le pour et le contre, puisqu’un prêt hypothécaire a ses avantages et inconvénients.

Hypothèque lors d’un prêt : comment ça marche ?

Une hypothèque se matérialise sous la forme d’un accord entre le créancier (l’établissement bancaire) et l’emprunteur dont l’enregistrement s’effectue auprès d’un notaire et fait l’objet d’un acte authentique. Cet acte juridique mentionne ainsi noir sur blanc :

  • La nature du bien dont le candidat au crédit est propriétaire et avec lequel il désire garantir le remboursement du crédit
  • Le capital garanti (intérêts inclus)
  • Le délai de remboursement

Soulignons que le bien sur lequel est adossé le crédit peut être soit un bien immobilier, soit le nantissement d’un produit financier, dont le plus courant est l’assurance vie. Contre cette garantie, l’emprunteur peut généralement prétendre à un emprunt dont le montant représente 50% à 80% de la valeur expertisée du bien hypothéqué. Ce ratio hypothécaire peut même avoisiner les 100%, voire plus, selon la banque qui octroie le prêt.

Dès la validation de l’hypothèque, le créancier détient un droit sur le bien hypothéqué jusqu’à la date à laquelle le contrat prendra fin. Il en découle alors qu’en cas de défaillance de l’emprunteur durant ce laps de temps, c’est-à-dire au cas où il serait l’incapacité de s’acquitter de ses échéances de remboursement, le créancier se réserve le droit de le déposséder de son actif financier ou de son bien immobilier. Dans le dernier cas, une vente aux enchères du bien peut être décidée pour que le créancier puisse se faire rembourser. Si cette vente ne couvre pas la totalité de la dette, l’emprunteur demeure redevable de la différence.

Qu’est-ce qu’un prêt hypothécaire ?

Un prêt hypothécaire, comme celui que l’on peut contracter auprès de la maisondescreditsreunis.com, est un prêt garanti par un ou plusieurs biens dont l’emprunteur est bien sûr le propriétaire. On peut ainsi s’en servir pour financer la construction ou l’acquisition d’un bien immobilier, de quelque nature que ce soit.

Comme je l’ai précisé précédemment, ce type de prêt permet l’obtention d’une trésorerie qui peut être affectée ou non, en fonction de l’organisme prêteur. Même si l’on dispose d’un patrimoine important, force est d’admettre qu’avoir des liquidités disponibles immédiatement n’est toujours pas évident.

Quels sont les avantages de contracter un prêt hypothécaire ?

Le prêt hypothécaire s’accompagne incontestablement de nombreux atouts. Parmi ceux-ci, on cite principalement le fait qu’il permette aux particuliers et professionnels de financer un projet immobilier, quelle qu’en soit l’envergure. Les emprunteurs peuvent alors prétendre à une capacité d’endettement élevée, même dans des situations complexes, par exemple :

  • Si les organismes prêteurs refusent de leur accorder une solution de financement classique
  • S’ils ont plus de 70 ans, ou sont sujets à des problèmes de santé, ou peinent à trouver une assurance emprunteur abordable.

Et pour cause, la possibilité d’envisager une hypothèque constitue pour le créancier un argument solide en faveur de la validation du dossier de prêt. En outre, ce type de prêt est aussi une meilleure solution pour rendre « liquide » son patrimoine immobilier sans le vendre. On peut ainsi en poursuivre la constitution de son patrimoine en se lançant dans une nouvelle acquisition que l’on n’aurait certainement pas pu financer par un prêt classique.

On peut ajouter à tout cela le fait que la durée moyenne de remboursement d’un prêt avec garantie hypothécaire est plus longue qu’un emprunt conventionnel. Celle-ci peut même aller jusqu’à 30 ans. Ce type de prêt s’accompagne de surcroît de modalités de remboursements particulièrement souples. Ainsi, son remboursement peut se faire in fine ou en amortissable. Et enfin, dès que le prêt hypothécaire est totalement remboursé, l’hypothèque est levée automatiquement par le créancier.

Quels sont les inconvénients du prêt avec garantie hypothécaire ?

Bien que l’hypothèque s’inscrive comme une sureté par excellence, tant pour les créanciers que pour les emprunteurs, en optant pour cette solution, on se lance tout de même dans une aventure potentiellement risquée. Jusqu’à ce que le créancier y mette fin au moyen d’une mainlevée, l’emprunteur peut à tout moment être dépossédé du bien immobilier, de l’actif financier et d’autres types de biens qu’il a placé en hypothèque. Tout au long du contrat, il pourrait être confronté à des risques pouvant entraîner sa défaillance. Dans un tel cas, il verrait son bien hypothéqué saisi, puis mis en vente au profit de l’organisme prêteur, sans pouvoir s’y opposer.

La souscription d’un prêt hypothécaire étant rigoureusement formalisée, le fait que l’accord entre le créancier et l’emprunteur doive faire l’objet d’un acte authentique ajoute d’autres contraintes au processus d’acquisition. Au-delà de l’émolument du notaire, l’emprunteur doit prévoir des postes de dépenses supplémentaires qui risquent de peser relativement lourd sur son budget : les frais annexes, le salaire du conservateur et la taxe de publicité foncière.

Par ailleurs, l’éventuelle levée d’hypothèque génère des frais dont l’acquéreur doit s’acquitter. Ces frais s’appliquent plus précisément si l’on décide de revendre son bien avant que le prêt ne soit intégralement remboursé, ou si l’on a opté pour un remboursement par anticipation. Le calcul de ces frais s’effectue en fonction du montant du capital emprunté, majoré de 20%. À titre d’exemple, pour 200 000 € empruntés, l’hypothèque sera 240 000 €. Les frais dont l’emprunteur doit s’acquitter une fois l’hypothèque levée représenteront entre 0,3 % et 0,6 % de 240 000 €.

Un prêt hypothécaire, bien qu’étant particulièrement avantageux, se révèle toutefois coûteux et relativement risqué. Il convient de se tourner vers des professionnels du secteur pour se renseigner avant de se lancer dans cette opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.