Qui sont les derniers venus dans le petit monde de la banque en ligne ?

de | 14 octobre 2019

Aujourd’hui, je vais vous parler du secteur des banques, et plus spécialement des banques en ligne et néobanques. Vous n’êtes pas sans savoir que les banques traditionnelles (celles qui, comme BNP Paribas ou Société Générale, ont des agences physiques) prélèvent des frais plus ou moins importants à leurs clients, même s’il n’y a pas de problème de découvert. Ces frais sont généralement inscrits sous le nom de frais de tenue de compte ou de frais de carte bancaire.

Je me suis donc dit que c’est quand même abusif de leur part, surtout si l’on voit les offres alléchantes proposées par les banques en ligne. Je suis donc allé faire un tour d’horizon sur quelques comparatifs de banques en ligne. Et je me suis aperçu que ce petit monde est aujourd’hui plus concurrentiel qu’il ne l’était il y a dix ans. Je vous invite donc à passer en revue avec moi le marché actuel de la banque en ligne.

Les banques en ligne historiques

Comme son nom l’indique, la banque en ligne a profité de l’évolution d’Internet pour proposer des services pas chers pour les foyers français. Certains établissements traditionnels ont flairé le coût très tôt et sont devenus, en quelque sorte, les précurseurs de la banque en ligne. Les précurseurs ne sont que deux :

  • la Banque Directe qui a créé sa filiale en 1994 ;
  • et Zebank qui s’est investi sur Internet en 1999.
Cartes bancaires

Cependant, le faible engouement des Français pour les services Internet a obligé ces deux établissements à faire une marche arrière. Ainsi, il a fallu attendre le début des années 2000 pour voir les nouveaux établissements s’installer sur Internet. Il s’agit ici de :

  • ING Direct (2000) ;
  • Fortuneo (2000) ;
  • Boursorama Banque (2004) ;
  • Monabanq (2006) ;
  • BforBank (2009).

Les nouvelles banques en ligne

Profitant de la mobilité croissante des utilisateurs (et du développement des technologies pour smartphones), de nouvelles banques en ligne se sont orientées vers le mobile. On les appelle donc tout simplement des « banques mobiles » :

  • Hello Bank (2013) ;
  • Soon Bank (2014) ;
  • Revolut (2014)
  • N26 (2015) ;
  • Orange Bank (2017) ;
  • Ma French Bank (2018).

S’ils n’ont encore que quelques années à leur actif, Hello Bank et Soon font déjà partie des mastodontes sur le marché des banques en ligne. Et je ne doute pas que ce soit aussi le cas pour N26, Orange Bank et la banque Revolut.

Banque connectée

Des banques en ligne adossées aux réseaux traditionnels

Il faut savoir que la plupart des banques en ligne dépendent généralement de grands groupes bancaires historiques. Ainsi, c’est notamment le cas de Boursorama qui dépend de la Société Générale. De son côté, Fortuneo est aussi adossé au groupe du Crédit Mutuel Arkéa. Il en va de même pour ING Direct qui fait partie du groupe néerlandais ING, pour Hello Bank qui appartient à BNP Paribas. Je précise que la source de revenus des banques en ligne repose, pour le moment, sur la rentabilité des cartes bancaires et la multiplication des utilisateurs. Certaines néobanques proposent aujourd’hui des crédits à la consommation ou des crédits immobiliers, qui ne sont pas encore suffisamment adoptés par les clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.